Les panneaux solaires dits « PID free » sont – ils réellement protégés contre cette dégradation ?

Secteur PV

Les panneaux solaires dits « PID free » sont – ils réellement protégés contre cette dégradation ?

Différents fabricants de panneaux solaires prétendent que les panneaux solaires sont « anti – dégradation » (PID-Free). Ce qui signifie, en principe, qu’ils ne subissent aucune perte effective suite au phénomène PID (Potential Induced Degradation). En pratique, « PID free » ne veut vraiment pas dire qu’aucune dégradation ne se produira.

Le « Potential Induced Degradation » se produit dans tous les panneaux solaires, souvent sans que le propriétaire de l’installation ne s’en aperçoive. Suite à ce phénomène, les panneaux solaires se dégradent plus vite, c’est pourquoi  ils n’atteignent pas le rendement attendu durant leur vie.

‘PID free’

Les panneaux solaires sont considérés comme « PID-Free » quand ils réussissent le test standard IEC 62804.

Ce test est exécuté selon les conditions suivantes :

  • Système de voltages et de polarités gradés.
  • Température de l’air de la pièce test de 60°C ± 2°c.
  • Humidité ambiante relative de la pièce test 85% ± 5%.
  • Durée du test de 96 heures dans les températures données ci-dessus ainsi que l’humidité relative avec application du voltage stipulé.

Selon les normes du IEC 62804, les panneaux solaires sont considérés comme « PID-Free » si leur perte de puissance est inférieure à 5% et qu’il n’y a aucun signe d’un défaut quelconque (voir clause 10.1, 10.2, 10.7, 10,1 des normes IEC 61215).

Très résistant au PID :

Certaines critiques peuvent être amenées au test décrit ci-dessus.

Tout d’abord, pendant le test standard IEC 62804, c’est un processus accéléré de PID qui est exercé sur les panneaux solaires. Le test ne dure que 96 heures alors qu’en pratique, on peut compter une durée de vie de 91.250 heures ( 10h de soleil /jour x 365 jours x 25 ans). Selon PV Magazine, approximativement 90 heures avec de l’aluminium à 25°C correspond à un an sous de réelles conditions en Allemagne.
Dés lors, la pertinence de ce test IEC 62804  peut-être remise en question.

Deuxièmement, les panneaux solaires réussissent le test quand leur perte de capacité après 96 heures est inférieure à 5%. Par conséquent, les panneaux solaires après une perte de 3 ou 4% sont donc considérés comme « PID-Free » alors qu’il est clairement question de dégradation.
En conclusion, « Très résistant au PID »  semble être une meilleur dénomination pour ces panneaux plutôt que « PID Free ».
Pour être clair donc, les panneaux solaires « PID-Free » n’existent pas !

Alternative EVA

Puisque c’est impossible de produire des panneaux « PID-Free » , les fabricants d’installations photovoltaïques cherchent des panneaux solaires avec une autre composition que l’aluminium EVA
( par exemple dé-doublure, coloration ). C’est un thermoplaste avec de l’ethylen, du vynil et de l’acetate qui est utilisé pour encapsuler les cellules des panneaux photovoltaïques. L’utilisation d’autres composants que l’aluminium EVA implique une plus faible conductivité électrique, c’est pourquoi il en résulte une présence moins signifiante de PID.

En comparaison avec les panneaux actuels « sensibles » au PID, qui sont sur nos toits depuis plus de 40 ans déjà , les panneaux solaires avec une autre technologie que l’aluminium EVA n’ont pas encore été prouvés.  C’est pourquoi, il se peut que des problèmes inattendus surviennent les premiers mois ou premières années après l’installation.

Au lieu de prendre le risque d’installer des panneaux EVA non – prouvés scientifiquement afin de réduire le PID, nous pouvons investir dans des panneaux solaires sensibles au PID en les combinant aux solutions contre le PID telle que la PIDbox. L’appareil augmente l’efficacité des panneaux solaires dits « PID-Free » jusqu’à qu’à leur rendement initiale et allonge leur durée de vie.

Partager cette publication

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *